Le regards des Aïna, Acte III

03.2019

Atelier de collecte de récits, de regards et de performances animé par Edoudard Sors avec les Mamans de Dar Bellarj

Le Regard des Aïna est un projet de collecte (notamment de prises du vues et de paroles) autours de la mémoire des espaces communs de l’eau au Maroc, en particulier liés au système des khettarat. Dans son Acte III, cette collecte a été poursuite, dans le cadre de Qanat, avec les Mamans Douées de Dar Bellarj. En créant un lien entre la notion de Aïn comme source (d’eau) et comme oeil, Edouard Sors propose aux participants de partager à la fois la mémoire des espaces d’eau d’autrefois, tout en l’inscrivant dans une réflexion sur les scénarios futurs de la ville sous les pressions des transformations climatiques.

OBJECTIFS/APPROCHE
— Stimuler une réflexion sur le rôle que les espaces publics et les infrastructure d’eau produisent en terme de socialisation ;
—Collecter la parole et le regard des habitants sur leur mémoire passée, désirs présents et imaginaires futurs sur l’espace public ;
— Promouvoir différentes formes de storytelling pour transmettre la mémoire vivante de l’eau en médina.

L’atelier propose une approche relationnelle et d’échange sur le patrimoine des cultures des eaux dans la ville de Marrakech et leur impacte sur le quotidien des participantes à partir de leurs mémoires des lieux et des souvenirs personnels. À travers des moments de partage d’histoires, des techniques différentes (dont le storytelling et l’écriture de poèmes, des cartographies subjectives et des prises de vue et de son, des balades et des repérages en espace public), sont déployées afin de capturer ces histoires et de créer une base pour leur transmission.

RESTITUTION
L’atelier a donné forme à une galerie de témoignages combinée à des portraits de paysages réflexifs de la mémoire, de l’espoir et de l’imaginaire de l’eau. Pour la journée mondiale de l’eau (22 mars 2019), quelques extraits ‘brut” du projet ont été présentés sous forme de halqa pour partager la parole des participantes sur une Marrakech d’autrefois qui verdoient encore grâce au khettarat. La matière produite lors de l’atelier donne ainsi forme à une série de vidéos - portraits en phase de post- production. Les récits des Mamans sont ainsi imaginés comme point de départ d’un prochain atelier en 2020, cette fois ci propose à un groupe d’enfants.

Participant·e·s

Les Mamans Douées de Dar Bellarj

Intervenant·e·s

Edouard Sors

Edouard Sors est architecte